Es-tu optimiste ? Est-il possible de l’être tout le temps ?

Es-tu optimiste ? Est-il possible de l’être tout le temps ?

La troisième astuce pour être plus épanoui dans ta vie est de cultiver la gratitude et être optimiste. Oui oui, si tu le fais tu seras encore plus HAPPYYYYYYYYYY (#believeme) ! Mais est-il possible d’adopter cette attitude tout le temps ? Comment savoir si tu l’es réellement ? Concrètement, comment faire au quotidien ? Tu vas découvrir toutes les réponses à ces questions dans cet article, avec “comme d’habituuuuuuuuuuuuude” (#cloclosortdececorps) un exercice pratique (oui je sais, je suis trop sympa comme fille) !

 


“Accepte ce qui est, laisse aller ce qui était, aie confiance en ce qui sera.” Bouddha

 

La gratitude & la positive attitude

Pour rappel, on sait déjà ce qu’est la gratitude, la positive attitude, pourquoi l’adopter et comment (grâce à l’article des 6 astuces). Ça fait déjà pas mal quand même en quelques lignes (#welldone) ! Personnellement, je suis intimement convaincue que si tu es reconnaissant et que tu focalises sur le positif, tu attireras des situations positives et vice versa (c’est ce qu’on appelle la loi de l’attraction). Alors si tu es d’accord avec ça, autant être optimiste non ? ^^

 

Bon okkkk, ce n’est pas si simple que ça je te l’accorde ! Parfois tu as beau être le plus reconnaissant et positif possible, il t’arrive quand même des choses que tu préférerais ne pas vivre/subir ! Mais c’est bien connu, “la vie n’est pas un long fleuve tranquille” !

 

Être optimiste tout le temps, c’est possible ?

sois optimiste et reconnaissant

Comme je le disais dans l’article “le concept du blog”, je relativise très souvent (90% du temps). Comment ? En me disant que “c’est comme ça, alors autant faire avec”. En bref, j’adopte la “bouddhatitude” (cf la citation ci-dessus).

 

Pourquoi se torturer alors que l’on ne peut pas revenir en arrière, ni changer les choses qui viennent de se produire ? La seule chose que l’on peut contrôler c’est notre réaction face à la situation que l’on vit. Puis si on considère que c’est une mauvaise expérience, il vaut mieux espérer que le meilleur reste à venir (après la pluie, le beau temps non ?).

 

Attention cependant à ne pas généraliser ! Le but n’est pas de s’apitoyer sur son sort en se disant “la vie est injuste, c’est trop nul, c’est comme ça je fais avec”. FOUTAISEEEE, dans mes explications je pars du principe que l’on a fait de notre mieux, ou que l’on avait pas la possibilité de changer la donne.

 

Sorry, it’s impossible for me !

Il m’est impossible de le faire tout le temps (même si je suis partisante du “TOUT EST POSSIBLE”) pour certains évènements très grave à mon sens (c’est donc les 10% du temps restants) :

 

– La maladie (pas un pauvre petit rhume, on est d’accord)
– Les accidents
– La barbarie/violence/guerre
– La mort

 

 

Pour le reste, tout me semble superficiel, futile ou du moins sans grande importance. Simplement, je sais que ça n’aura pas de réelles conséquences sur mon optimisme à long terme. C’est mon état d’esprit et ma vision des choses depuis des années. (Cela ne veut pas dire que je suis toujours de bonne humeur ou que je n’ai jamais de coup de blues). Si aujourd’hui cela me semble complètement naturel sache que ça n’a pas toujours été le cas. J’ai développé cette façon de penser pour en arriver là, grâce à une méthode assez simple !

 

Ma méthode simple (en 4 étapes) pour positiver

1 – Question / Comparaison :
Je compare mes “mésaventures” avec quelque chose d’extrêmement grave

 

2 – Réflexion :
J’en conclue que je ne suis clairement pas à plaindre, donc je ne me plains pas !

 

3 – Dédramatisation
Je trouve des arguments pour me prouver réellement que ce n’est PAS GRAVE.

 

4 – Appréciation :
Je trouve des avantages pour ne pas subir la situation et voir le côté positif !

La méthode en exemple pour relativiser

“C’est la CATASTROPHE ! Il y a du monde sur la route, je vais être en retard au travail.”

 

1 – Question / Comparaison : “Je préfère : a) être bloquée par le trafic et être en retard ou b) avoir un accident de la route, mourir ou finir tétraplégique” (oui je sais, c’est horrible, SORRY)

 

2 – Réflexion : (… Ai-je vraiment besoin de le dire ???) Réponse A, Jean-Pierre ! Être dans les bouchons évidemment “évidemmeeeeeeeent… évidemmeeeeeeeent”.

 

3 – Dédramatisation : “Je ne compte pas mes heures supplémentaires chaque matin, midi et soir… Si j’arrive une fois en retard à cause du trafic, ce n’est pas la fin du monde !”

 

4 – Appréciation : J’écoute de la musique et je chante (always&forever). Je regarde le paysage que je ne prends jamais le temps d’apprécier habituellement.

 

 

Au départ, je culpabilisais car je me rendais compte que mes problèmes étaient minimes face à des évènements tragiques. Même si on dit “qu’il ne faut pas comparer l’incomparable”, moi ça m’a aidé alors pourquoi pas toi ? De plus, chacun fait en fonction de ses problèmes ! Mais qu’on se le dise, parfois ça fait du bien de se plaindre. On a juste besoin de vider son sac, d’être écouté sans forcément que l’on nous trouve des solutions. (Mais pour être honnête, j’ai mis longtemps à le comprendre. Je suis Mlle “il n’y a pas de problème, uniquement des solutions”… #lalourde).

 

Es-tu vraiment optimiste & reconnaissant dans ta vie ?

Pour le savoir, rien de tel qu’un exercice concret ! YEAHH ! On va se concentrer sur ce que l’on a plutôt que sur ce que l’on a pas (le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide you knooow ?).
Donc plutôt que de te plaindre “Je ne peux pas, je n’ai pas, je ne suis pas” blablabla. Tu vas changer ça en “Je peux, je suis, j’ai”. On change simplement le négatif en positif pour résumer.

Si tu es optimiste dans l’âme, cela te semblera naturel et c’est tant mieux, fais en sorte que ça reste comme ça 🙂
Si ce n’est pas le cas, cet exercice te permettra de faire évoluer ta façon de voir les choses, de te plaindre moins souvent, de te faire voir la vie plus positivement ! Tu verras, ça fait un bien fou !

 

Mise en situation pour arrêter de voir le verre à moitié vide :

(Verre à moitié vide) : “Je n’ai pas fait le repassage, je ne peux pas tout faire en une journée, j’en ai marre je n’ai pas assez de temps”
(Verre à moitié plein) : “J’ai eu le temps de faire la lessive, à manger, le ménage, en quelques heures ! Je suis superwoman ou quoi ? Bon, il me reste le repassage mais je peux le faire demain !”

 

————————————–

 

Bon, comme je suis vraiment trop sympa je te propose en plus de cet article et de l’exercice… un petit test rapide pour évaluer ton optimisme. Alors n’hésite pas à le télécharger, le faire et analyser tes résultats (car on peut toujours faire mieux !). J’attends tes retours avec impatience, dans les commentaires, par mail ou bien sur instagram (en m’identifiant pour que je sois informée).

 

Mélodie

 



4 commentaires sur “Es-tu optimiste ? Est-il possible de l’être tout le temps ?”

    • Merci pour ton passage et ton commentaire ! C’est déjà très bien d’avoir conscience des choses que l’on doit/veut améliorer dans notre comportement, notre quotidien. Je t’invite à faire le test et voir ou tu te situe par rapport à ton optimisme et voir sur quel point tu dois travailler 🙂 N’hésite pas à m’en faire part, je me ferai un plaisir de t’aider.

  • Oooh j’adore la fraicheur de ton blog, je l’ai découvert suite à ton passage sur le mien et c’est une agréable découverte 🙂

    Je ne suis pas une optimiste ni une pessimiste je ne supporte pas l’apitoiement lol

    C’était un vrai plaisir de lire ton article

    • C’est adorable de faire un tour sur mon blog suite à mon commentaire sur le tien. Merci beaucoup pour tes jolis compliments, ça me touche vraiment ! Je comprends c’est difficile de supporter l’apitoiement ahah ! N’hésite pas à faire le test je suis que tu dois quand même avoir une part d’optimisme en toi, c’est sur 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.